· 

Chtriman 2017

C'est avec une certaine fébrilité que je prends le départ du Chtriman 226 ce dimanche matin. En effet, à cause d'une douleur au genou je n'ai pas pu m’entraîner comme je le voulais ces 6 derniers mois (moyenne de 6h d’entraînements par semaine...).

L’objectif est donc simple : terminer sans prendre de risque et me faire plaisir.

 

Une fois dans l'eau, l'aller-retour me parait long, interminable mais je ne m'affole pas et nage tranquillement dans cette eau à 20°. Je ne veux surtout pas griller de cartouche pour la suite de la course. Je termine en 1h26, à mon niveau vu ma motivation pour aller nager.

Une fois la natation terminée, je monte sur le vélo en ayant en tête de bien enroulé sans jamais me faire mal aux jambes. Les tours s'enchaînent bien, prenant du plaisir avec le vent de dos mais rageant sur le retour d'avoir le vent de face (jamais content !). Je commence à en avoir marre dans la dernière boucle. Je termine le vélo en 6h25 avec le sentiment de bien avoir géré mon effort.

Je suis content de poser le vélo, mais je sais que la course ne fait que commencer . Je me dis que c'est à partir de maintenant que mon manque d'entrainement va se faire sentir et j'ai peur de la réaction de mes jambes. Mais dès les premières foulées, je me sens plutôt bien. Je prends une allure de footing cool (9-10km/h) en me disant que je vais forcément avoir un coup de bambou à un moment du marathon. A chaque ravitaillement, je m'arrête et prends le temps de boire et manger car je suis persuadé que je vais m'écrouler quelques kilomètres plus tard. Je suis régulier dans les trois premiers tours et j'aborde le dernier 10km, fatigué mais les jambes répondent toujours bien. J'accélère un peu, je me sens bien. Kilomètre après kilomètre, j'attends de recevoir un coup de massue sur la tête comme je l'ai toujours eu sur les courses longues. Mais là, rien. Il me reste 3km, je sais que maintenant, ça va le faire. Je me relâche et accélère encore un peu, ça ne sert à rien, je ne cherche pas à améliorer mon chrono mais j'en ai envie.

Je termine sans être sur les rotules en ayant pris un max de plaisir surtout sur le marathon là où je craignais le plus mon manque d'entrainement. Je termine en 12h30 avec un marathon en 4h30, le résultat est anecdotique. Ce que je retiendrai est ma gestion de course qui était idéale vu mon niveau actuel.

Merci à l'organisation et aux bénévoles qui ont été au top !

 

Mon prochain objectif sera le Tours'Nman en juin 2018 en espérant prendre le départ avec une meilleure préparation !

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Seb LAIGNEAU (lundi, 03 juillet 2017 13:50)

    Bravo ! Et merci pour ce retour d'expérience sympathique à lire. On sent vraiment tout ce que peut ressentir un triathlete sur un triathlon... Même de plus petites distances.

    Rendez-vous en 2018 à Tours... Mais pas sur la même distance !

    Porte toi bien
    À très bientôt
    Seb

  • #2

    Fabrice PION (lundi, 03 juillet 2017 14:00)

    Eh bien, bravo à toi !
    Visiblement du plaisir sur une course bien maitrisée.
    A bientôt !

  • #3

    Manu (lundi, 03 juillet 2017 14:49)

    Bravo belle maitrise avec les moyens du moment..........