Sport et Démotivation : 6 conseils pour vous Démotiver

Vous êtes toujours motivé pour vous entraîner et cela pose un problème dans votre vie ?

Vous en avez marre d'avoir une bonne condition physique et de vous sentir bien dans votre corps ?

Voici 6 conseils pour vous démotiver à coup sûr !

1. S’asseoir dans votre canapé et boire une bière ou un verre de vin.

En vous asseyant et en buvant de l'alcool, votre corps va se détendre, le stress de la journée va s'évacuer et vous aurez envie de ne rien faire. Si vous sentez la fatigue monter en vous, ne luttez pas et autorisez vous une petite sieste !

2. Demander à votre conjoint(e) ou à un(e) ami(e) de vous cacher vos runnings ou votre vélo.

Si vous savez que vous ne pourrez pas trouver vos affaires de sport, votre motivation diminuera immédiatement. Pour les plus tenaces, vous pouvez vous lancer dans une chasse au trésor qui finira de vous exténuer. Je vous conseille alors de suivre le point 1. de cet article.

3. Lancez-vous dans le visionnage d'une toute nouvelle série.

Vous n'avez pas vu la dernière saison de Games of Thrones ?

Vous avez entendu parler d'une toute nouvelle série et vous n'avez pas encore eu le temps de la regarder ?

C'est le moment ! Vous pouvez évidemment cumuler ce conseil avec le n°1 de cet article.

4. Refusez systématiquement quand quelqu'un vous propose d'aller courir.

Si autour de vous, des personnes pratiquent un sport et vous sollicitent régulièrement pour les accompagner, REFUSEZ ! La deuxième étape est d'effacer leurs numéros de votre téléphone et de bloquer les appels entrants. Vous retrouverez alors toute votre sérénité.

6. Dites-vous que votre corps a besoin de récupérer plusieurs jours, voire plusieurs semaines et même plusieurs mois.

Pensez à la souffrance que votre entraînement va provoquer sur votre pauvre petit corps fragile. Il ne vous a rien demandé et vous le torturez sans raison. Laissez le souffler quelques années avant de reprendre le sport.

N'hésitez pas à partager ces quelques conseils incontournables pour tirer un trait définitif sur une quelconque activité physique.

0 commentaires

Sortie du nouveau livre : Un Triathlon dont Vous êtes le Héros

Dans ce livre dont vous êtes le héros, ferez-vous les bons choix pour aller au bout d'un triathlon Ironman ?

Vous pouvez le retrouver sur ce site ou sur Amazon :

https://www.amazon.fr/dp/1548988618

Un triathlon dont vous êtes le héros
Un triathlon dont vous êtes le héros
0 commentaires

Le tour des monts du Cantal en rando-course (GR400)

Après la préparation du matériel pour cette randonnée de 135km et 6000m D+, nous partons pour le GR400. 

JOUR 1


Nous arrivons sur Murat en début d'après midi et après avoir mangé, nous nous lançons sur le GR400 vers 15h avec l'intention de rejoindre Le Claux, 35km et 1500m D+ plus loin pour pouvoir dormir dans la vallée. 

Nous attaquons une montée progressive. Notre stratégie est simple : courir quand c'est plat et en descente, marcher quand les pourcentages augmentent.

Après une vingtaine de kilomètres, nous arrivons au pied de la dernière montée de la journée qui nous mène au Puy Mary. L'ascension se fait lentement, cherchant des appuis stables au milieu des rochers. Arrivé tout en haut, je prends le temps de reprendre ma respiration avant de redescendre pour remplir nos bidons au bar-snack. 


Vue sur le Lioran
Vue sur le Lioran

Nous repartons maintenant en direction du Claux, 15km plus loin. En repartant du Puy Mary, nous nous égarons deux fois de suite nous faisant perdre une petite heure. Il est quasiment 19h et il nous faudra encore 2h pour arriver dans la vallée. 

Nous nous arrêtons quelques minutes dans un bar prêt à fermer pour prendre un sirop à l'eau.

A 21h, nous quittons le Claux cherchant un endroit en forêt pour se protéger du froid et de l'humidité. Nous marchons une heure à la frontale. 

A 22h, nous posons nos duvets au milieu des arbres sur un sol plat couvert de feuilles. 

Le matin, au réveil
Le matin, au réveil

Je mange mon taboulet éclairé par ma frontale avant de me glisser dans mon drap de soie, mon duvet et mon sursac. Ils annoncent 7° dans la nuit et j'ai peur d'avoir froid. 


JOUR 2


La nuit a été fraîche mais je n'ai pas eu froid. 

Nous nous réveillons à 6h30, prenons le temps de manger notre gâteau énergétique fait maison avant de repartir.

Les 10 premiers kms nous mènent au Rocher de l'âge. J'ai le souffle un peu court et les jambes sont lourdes.

Nous redescendons au Falgoux où nous faisons le plein d'eau et achetons de quoi manger pour le midi. 

Nous repartons vers une nouvelle ascension : le Puy Violent. Je souffre dans les derniers kilomètres. Mes jambes sont lasses et je me demande comment je vais pouvoir continuer à courir sur cette fin d'étape et dans les prochains jours. 

En haut du Puy Violent, nous redescendons vers Le Faut et Bastide. Seulement 5km de descente mais qui me semblent interminables !

Nous arrivons dans les villages vers 15h avec une trentaine de kilomètres d'avalés difficilement aujourd'hui et 1300m D+. J'ai les jambes lourdes, le corps fatigué. Nous trouvons un rivière à Bastide où nous nous débarassons de la poussière accumulée sur nos jambes et en profitons pour réaliser une petite séance de cryothérapie naturelle.

Après avoir acheté du pain et du fromage. Nous montons pendant une demi-heure avant de trouver notre lieu pour passer la nuit. 

Nous dégustons le fromage avant de nous allonger dans nos duvets, il est 21h et je sens que j'ai besoin d'une bonne nuit de sommeil pour récupérer. 

JOUR 3


La nuit a été difficile, j'ai eu des difficultés à trouver le sommeil et j'ai eu chaud dans mon duvet sans jamais trouver une position confortable. 

Quand je me lève, je suis agréablement surpris de ne pas sentir de lourdeur dans mes jambes. 

De nouveau, nous commençons la journée par une montée jusqu'au col de Redondet, nous partons vite, j'ai rapidement le souffle court mais les jambes sont là. Nous profitons ensuite du chemin sur les crêtes pour courir.

La descente jusqu'à St Julien de Jordanne est rapide et nous n'hésitons pas à allonger la foulée. 

Je souffre un peu de la soif juste avant d'arriver à Mandailles. En quelques minutes, j'ai l'impression que mes forces me quittent. Nous nous arrêtons pour manger et se désaltérer. La pause sera longue : 1h et j'ai peur de la montée du col du Pertus.

Une douleur au niveau du tendon d'Achille commence à se faire sentir en montée et je ne sais pas comment la gérer. 

Les derniers lacets jusqu'à l'Elancèze sont raides mais nous sommes efficaces, j'ai des difficultés à tenir le rythme imposé par mon compagnon de route. J'arrive en haut, essoufflé mais c'est surtout mon tendon qui m'inquiète. A chaque appui, j'ai l'impression qu'il va s'arracher. 


Nous redescendons sur Thiezac en courant doucement pour contrôler ma pose d'appui. Ma douleur est plus discrète en descente mais je m'inquiète pour notre dernière journée du lendemain où il faudra monter au Plomb du Cantal.

Arrivé à Thiezac vers 16h après 35km et 1700m D+, nous trouvons une rivière pour nous laver et nous rafraîchir. Nous nous sommes sentis étonnamment bien musculairement aujourd'hui.  En marchant pieds nus, je remarque que je n'ai plus aucune douleur à mon tendon. Je comprends alors qu'elle vient de ma chaussure qui appuie sur mon tendon. En étant pied nu dans ma running et en plaçant une chaussette en boule derrière mon talon, je ne ressens quasiment plus rien. Je suis soulagé et plus serein pour la journée du lendemain. 

Nous mangeons dans une pizzeria avant de quitter le village pour nous installer dans la forêt. 

JOUR 4


Au réveil de cette dernière journée, les jambes semblent toujours aussi bien et cela nous surprend toujours autant ! 

Comme tous les matins, les premières minutes sont synonymes d'ascension, parfois raide. Arrivé sur les crêtes, le paysage est magnifique et la montée devient très progressive. Nous courons au milieu des vaches. 

Arrivés au Plomb du Cantal, nous profitons de la vue dégagée avant de descendre sur Prat de Bouc et de faire un pause au bord d'un ruisseau pour déguster un pâté de campagne. 

Nous rejoignons ensuite Murat en trottinant et nous terminons notre GR400 vers 16h.

Il nous a fallu 3 jours et demi pour faire le tour avec 135km et 6000m D+. 


Nous fêtons cette randonnée autour d'une crêpe et d'une bière artisanale ! 


Malgré ma douleur au tendon qui m'a gêné la 3e journée, je suis agréablement surpris de la capacité de mon corps à enchaîner plusieurs journées de rando-course. 


A refaire sur un nouveau GR ! 

0 commentaires

Préparation rando-course GR400

Après avoir lu les deux livres de Kilian Jornet cet hiver, j'ai eu envie de partir avec le sac à dos. J'ai hésité avec l'Everest mais finalement je me suis décidé plutôt pour le Cantal avec le GR 400 (133km, 6000m D+) ! 😜

Je suis inexpérimenté dans la rando-course mais je suis motivé ! 

Je ne sais pas vraiment combien de jours il va me falloir pour faire le tour. 

J'ai attendu que la météo soit clémente sur plusieurs jours pour me décider à partir.

Départ prévu donc dans quelques jours ! 

Je pars avec un ami coureur plus expérimenté que moi en randonnée et bivouac. 

Je vais essayer de ne pas trop alourdir mon sac pour réussir à courir de temps en temps (c'est le but !). Le bivouac se fera donc à la belle étoile avec duvet, sac à viande et sursac... Même si je sais que les nuits s'annoncent fraîches ! 


Voici mon sac à dos et son contenu :

...Et les bâtons.


0 commentaires

Date de sortie

Le nouveau livre : "Un Triathlon dont Vous êtes le Héros" sortira le 5 septembre en version papier et en numérique ! 

Ferez-vous les bons choix pour terminer un Ironman ? 

0 commentaires

Couverture livre "Un Triathlon dont Vous êtes le Héros"

Voici la maquette de couverture du prochain livre "Un Triathlon dont Vous êtes le Héros", sortie prévue en septembre !

Merci à Stéphane Danièlou pour l'image !

0 commentaires

Chtriman 2017

C'est avec une certaine fébrilité que je prends le départ du Chtriman 226 ce dimanche matin. En effet, à cause d'une douleur au genou je n'ai pas pu m’entraîner comme je le voulais ces 6 derniers mois (moyenne de 6h d’entraînements par semaine...).

L’objectif est donc simple : terminer sans prendre de risque et me faire plaisir.

 

Une fois dans l'eau, l'aller-retour me parait long, interminable mais je ne m'affole pas et nage tranquillement dans cette eau à 20°. Je ne veux surtout pas griller de cartouche pour la suite de la course. Je termine en 1h26, à mon niveau vu ma motivation pour aller nager.

Une fois la natation terminée, je monte sur le vélo en ayant en tête de bien enroulé sans jamais me faire mal aux jambes. Les tours s'enchaînent bien, prenant du plaisir avec le vent de dos mais rageant sur le retour d'avoir le vent de face (jamais content !). Je commence à en avoir marre dans la dernière boucle. Je termine le vélo en 6h25 avec le sentiment de bien avoir géré mon effort.

Je suis content de poser le vélo, mais je sais que la course ne fait que commencer . Je me dis que c'est à partir de maintenant que mon manque d'entrainement va se faire sentir et j'ai peur de la réaction de mes jambes. Mais dès les premières foulées, je me sens plutôt bien. Je prends une allure de footing cool (9-10km/h) en me disant que je vais forcément avoir un coup de bambou à un moment du marathon. A chaque ravitaillement, je m'arrête et prends le temps de boire et manger car je suis persuadé que je vais m'écrouler quelques kilomètres plus tard. Je suis régulier dans les trois premiers tours et j'aborde le dernier 10km, fatigué mais les jambes répondent toujours bien. J'accélère un peu, je me sens bien. Kilomètre après kilomètre, j'attends de recevoir un coup de massue sur la tête comme je l'ai toujours eu sur les courses longues. Mais là, rien. Il me reste 3km, je sais que maintenant, ça va le faire. Je me relâche et accélère encore un peu, ça ne sert à rien, je ne cherche pas à améliorer mon chrono mais j'en ai envie.

Je termine sans être sur les rotules en ayant pris un max de plaisir surtout sur le marathon là où je craignais le plus mon manque d'entrainement. Je termine en 12h30 avec un marathon en 4h30, le résultat est anecdotique. Ce que je retiendrai est ma gestion de course qui était idéale vu mon niveau actuel.

Merci à l'organisation et aux bénévoles qui ont été au top !

 

Mon prochain objectif sera le Tours'Nman en juin 2018 en espérant prendre le départ avec une meilleure préparation !

3 commentaires

Stand Livres Triathlon

La saison de triathlon a commencé, retrouvez le stand de livres sur 8 courses cette année ! 


0 commentaires

Un livre parmi les meilleures ventes Amazon

Le "Manuel du parfait petit triathlète", meilleur vente "cyclisme" sur Amazon quasiment 3 ans après sa sortie ! 


https://www.amazon.fr/Manuel-parfait-petit-triathlete-destination/dp/150282292X

#triathlon

0 commentaires

[livre] Un triathlon dont vous êtes le héros

Intéressé par ce livre dont vous êtes le héros sur le triathlon ? 

Sortie prévue en septembre 2017. 

0 commentaires

Don Association EnVol

Grâce à la vente de mes livres, 24.60€ ont été envoyés à l'association Envol pour ce premier trimestre ! (10 cents par livre vendu).

N'hésitez pas à faire des dons à votre tour !

http://www.envol-sportsante.com/


0 commentaires

[livre] Un triathlon dont vous êtes le héros

J'ai besoin de votre avis ! 


Dans un "Livre dont vous êtes le héros" sur le triathlon, préfériez-vous une histoire courte (30 à 40 choix) et relire plusieurs fois le livre en essayant des choix différents (vous menant à des histoires différentes) OU une histoire plus longue (50 à 60 choix) mais avec moins de possibilités de relecture ?

 

Merci pour réponses et n'hésitez pas à partager ce dilemme aux triathlètes que vous connaissez !

0 commentaires

Préparation Triathlon

0 commentaires

Nagez plus !

C'est pour nous inciter à plus nager que l'Embrunman à pris la même photo que pour les championnats de France de natation ? 😜

0 commentaires

Quand tu fais du vélo

0 commentaires

Le Triathlon dont vous êtes le héros

L'arborescence du prochain livre : un Triathlon dont vous êtes le héros.

Voici à quoi ressemblera les choix que vous pourrez faire en lisant le livre... Et ce n'est que la partie natation !



1 commentaires

Test des Kalenji Kiprun LD

Je cours avec des Kiprun LD de chez Kalenji (Décathlon) depuis début novembre. 

Cela faisait un moment que je voulais les tester car je lisais ici et là qu'elles étaient aussi bien que ses concurrentes beaucoup plus chères... Et j'avais envie de changement ! 

Je me lance donc et fait l'acquisition de ces chaussures fabriquées pour la longue distance. 


Le prix effectivement est imbattable ! 

Mais j'avoue avoir été déçu. Je suis habitué à courir avec des New Balance et je n'ai pas retrouvé les mêmes sensations. 

Dès les premieres foulées, je trouve la chaussure lourde (en même temps, elles sont faites pour le long...) et rigide. Même mes chaussures de trail (Salomon Speedcross 3) me paraissent plus souple et légères. 

Malgré cela, je n'ai pas de gêne particulière, aucune douleur, c'est le point positif et la crainte quand on change de runnings. 


Là où on sent qu'elles sont vraiment faites pour les entraînements longs et peu rapides, c'est lorsqu'on se lance dans une séance de fractionné. La chaussure tape au sol à chaque appui, j'ai l'impression d'avoir des sabots dans les pieds (j'exagère un peu mais c'est l'idée...). Cela vient peut être aussi de ma foulée mais je n'avais pas cette sensation avec mes NB 880 habituels. 


J'ai persisté en les utilisant tout l'hiver mais mon avis n'a pas évolué. J'attends le printemps pour changer de marque (je ne sais pas encore laquelle). 


En conclusion, même si mon avis est plutôt négatif, tout n'est pas à jeter : elle convient pour des footings, elle ne m'a pas provoqué de douleur (et c'est déjà pas mal)  et elle a un très bon rapport qualité prix. 

2 commentaires

Les excuses quand vous avez raté votre course

1. J'ai fait 100km de vélo hier. 

2. Je n'avais pas les bonnes chaussures. 

3. J'ai eu une ampoule dès le 1er km. 

4. J'ai fait une hypoglycémie à mi course. 

5. Je l'ai pris comme un entraînement. 

6. Je me suis fait une entorse dans la première montée. 

7. Un con m'a poussé et je suis tombé. 

8. J'enchaîne avec du vélo après. 

9. Tu étais devant ? Mince ! J'ai ralenti pour t'attendre. 

10. Je me sens mieux sur des distances plus courtes / plus longues. 

11. J'ai fait une nuit blanche. 

12. Je me suis bourré la gueule hier. 

13. J'ai eu un problème gastrique. 

14. J'ai accompagné une copine. 

15. Je me suis trompé de chemin, il a fallu que je fasse demi tour. 

16. J'ai raté le départ, il a fallu que je remonte tout le monde. 

17. J'étais premier au bout de quelques kilomètres, mais je soupçonne les autres d'avoir coupé. 

18. J'ai eu des crampes, obligé de marcher. 

19. J'ai ma douleur au genou qui s'est réveillée, j'ai préféré finir tranquillement. 

20. J'ai une autre course plus longue la semaine prochaine, c'était pour tester mes allures. 

21. J'ai été malade toute la nuit, j'ai hésité à venir. 


Vous avez d'autres excuses ? 

2 commentaires

Prochain Livre

Mon prochain livre sera un livre dont vous êtes le héros : vous incarnerez un triathlète au départ d'un Ironman et vous devrez faire les bons choix pour arriver au bout de l'épreuve et vous classer le mieux possible !

0 commentaires

Calendrier Compétitions 2017

Voici mon calendrier pour 2017 !

Objectif de la saison : terminer le Chtriman avec le sourire et surtout NE PAS ME BLESSER cette saison !

 

26 Février : Trail Bouffément, 24km.

17 mars : Trail Vernolien (15km)

30 Avril : Duathlon Douai (L)

13 Mai : Swimrun Gravity Race, Jablines (Court)

21 Mai : Triathlon Vendome (L)

04 Juin : Triathlon Brin d’Amour (M)

25 Juin : Triathlon Nouatre (S)

02 Juillet : Chtriman (XXL)

12 Aout : Trail des Hauts Forts, Morzine (24km)

17 Septembre : Trialong, Bois le Roi (L)

0 commentaires